Confessions d'un accro du porno

Publié le par video-mix

 

 

 

 

La pornographie fait de sacrés dégâts sur la sexualité réelle. Ryan Duggins, un Britannique de 23 ans, se dit complètement accro au porno en ligne. Il se confie sans retenue dans les colonnes du Daily Mail. "Je fais partie de la première génération des hommes qui ont grandi avec la pornographie sur Internet comme partie intégrante de la vie quotidienne. Je n'ai jamais eu à payer pour y avoir accès, quand je me lasse d'une image, il y en a toujours une autre et encore une autre."

Ryan est accro depuis son adolescence. "Je suis de plus en plus conscient du fait que j'ai un problème. Je ne suis pas encore prêt à me décrire comme un toxicomane mais je ne peux pas nier que la pornographie est devenue une habitude profondément ancrée dans ma vie quotidienne. J'ai du mal à passer une journée sans au moins une visite sur l'un de mes sites favoris."

Comme les autres garçons de son âge
Ryan est convaincu que beaucoup de jeunes de son âge sont comme lui. "Les hommes aiment le porno, ce qu'ils n'aiment, c'est de se faire surprendre." Avec le téléchargement online, il est possible de regarder un film porno en haute définition aussi facilement que le dernier épisode d'une série à la mode. Ryan assure qu'aujourd'hui il n'existe plus de porno soft. "Aujourd'hui, les hommes et les femmes sont engagés dans une extraordinaire variété d'actes sexuels."

S'il a longtemps cru qu'il allait pouvoir séparer ses activités porno de sa vie privée réelle, il admet qu'il s'est trompé. "Le porno sur Internet
endommage mes relations. C'est pour cela que je ne suis avec personne aujourd'hui. Ma derniere copine m'a quitté quand elle a découvert mon intérêt pour le X."

"Le porno est une sorte de tromperie"

"Et ça cause d'autres problèmes au lit: j'ai eu des rapports sexuels avec des dizaines de femmes et seulement quatre "bonnes relations" depuis mes 16 ans. Et toutes se sont terminées parce que j'étais volage. Le porno est une sorte de tromperie après tout: je convoite le corps d'une étrangère plutôt que celui de ma petite amie. Une fois que vous avez pris l'habitude de cette infidélité en ligne, tromper dans la vraie vie devient beaucoup plus facile."

Ryan n'a pas envie de se faire soigner. Pas maintenant en tout cas. S'il a décidé d'en parler, "c'est parce qu'il est important d'être honnête. Je ne suis pas un cas atypique. C'est important que les femmes, les parents, la société en général soient conscients de cela."

 

Par http://www.7sur7.be/

Publié dans News

Commenter cet article