Violence à Montreuil... Le best-of ! - vidéo

Publié le par video-mix

Violence à Montreuil... Le best-of ! - vidéo



Affrontements entre manifestants et policiers .

Des centaines de manifestants ont été confrontés lundi soir aux forces de l'ordre à Montreuil

250 à 300 personnes s'étaient regroupées vers 19h00 pour dénoncer les "violences policières", après qu'un jeune homme avait perdu un oeil suite à un tir de flash-ball le 8 juillet.

La manifestation a dégénéré en affrontement avec les forces de l'ordre. De nombreux témoins ont fait état d'une violence disproportionnée des charges de la police.

Dominique Voynet, maire (Verts) de Montreuil, a déclaré mardi à l'AFP que tous les témoignages recueillis auprès de "militants associatifs et syndicaux", de "témoins et voisins" sans rapport avec la manifestation "s'accordent à dire que la police a cherché à disperser la manifestation alors que celle-ci se déroulait dans le calme".

Rappelant que, depuis le début de l'année, plusieurs personnes ont été blessées au flashball en Seine-Saint-Denis, Mme Voynet s'est inquiétée d'un éventuel "sentiment d'impunité dans la police". "Je ne suis pas en mesure de dire si des consignes ont été données ou non, mais dans tous les cas, c'est très grave", a-t-elle estimé.

Plus tôt sur France Info, Mme Voynet avec réclamé une "enquête indépendante" pour "permettre de dire exactement s'il y eu des violences, quelles étaient ces violences".

De son côté, la préfecture s'est refusée à tout commentaire "dans un souci d'apaisement".

L'inspection générale des services (IGS, la police des polices) a été chargée d'une enquête à la suite de la plainte de Joachim Gatti, qui affirme avoir perdu un oeil lors d'un tir de flash-ball par la police mercredi 8 juillet à Montreuil.

Lundi, dénonçant une "violence policière" lors des incidents du 8 juillet, Pouria Amirshahi, secrétaire national du PS aux droits de l'homme, a estimé que "la dotation en flash-balls de la police a été appuyée par l'argument que ces armes seraient non létales et leur usage rigoureusement encadré. Les faits démontrent qu'il n'en est rien".

Tout avait commencé le mercredi 8 juillet
Les premiers faits remontent au mercredi 8 juillet. Ce matin là, la police évacue une quinzaine de squatters appartenant aux milieux artistiques, qui occupent une ancienne clinique radiologique de Montreuil.

Le même jour dans la soirée, une trentaine de personnes, dont Joachim Gatti, caméraman de 34 ans, organisent un rassemblement festif pour protester contre l'expulsion. La police tire au flash-ball, selon les témoins et la préfecture. Touché, Joachim Gatti est transporté dans un hôpital parisien. Il a perdu son oeil droit ...............

http://info.france2.fr/france/Une-man...

http://www.france2.fr/

A la suite de ces incidents, Dominique Voynet a dénoncé mardi lattitude des forces de lordre. Selon elle, les policiers "ne se sont pas contentés de séparer les manifestants" mais ont "plaqué violemment un bon nombre d'entre eux contre les murs" et "les ont frappés à coup de matraque" et "arrosés de gaz lacrymogène, devant des habitants de la ville totalement stupéfaits et effarés". Reconnaissant "que certains manifestants étaient venus avec l'envie d'en découdre" mais "qu'ils étaient une toute petite minorité", la maire de Montreuil a estimé "que c'est le métier des policiers de séparer la grande masse des manifestants pacifiques et de faire en sorte de cantonner les personnes qui pourraient être tentées d'en faire plus. Il se trouve que ça na pas été le cas". Dénonçant "une démonstration de force inutile", Dominique Voynet a demandé mardi l'ouverture d'une enquête.

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-...

Publié dans News

Commenter cet article