Mohamed Benmouna : l'autopsie écarte la bavure policière - vidéo

Publié le par video-mix


Mohamed Benmouna : l'autopsie écarte la bavure policière - vidéo



L'examen du corps du jeune décédé après une tentative de suicide lundi au commissariat du Chambon-Feugerolles (Loire) n'a révélé "aucune trace de violence", a annoncé jeudi 9 juillet le procureur de Saint-Etienne, coupant court à une polémique sur une possible bavure policière qui a provoqué des échauffourées dans la ville voisine de Firminy mardi et mercredi soir.
L'autopsie de Mohamed Benmouna, jeune homme de 21 ans qui avait été placé en garde à vue au commissariat du Chambon-Feugerolles pour une affaire d'extorsion de fonds, a confirmé qu'il avait succombé à un "arrêt cardiaque par suffocation". Les policiers avaient indiqué l'avoir retrouvé pendu dans sa cellule. Selon le parquet, ces derniers ont immédiatement tenté de le réanimer. Mercredi le parquet avait indiqué que, plus que la réaction des policiers, c'est la vétusté des lieux qui pouvait être en cause, la cellule étant "délabrée" et "pas aux normes", avec notamment la présence de deux trous dans un mur, auxquels le jeune homme a pu fixer, pour se pendre, les deux extrémités d'une cordelette fabriquée avec la toile d'un matelas.
PLAINTE CONTRE X

La famille de Mohamed Benmouna a cependant décidé de déposer une plainte contre X jeudi pour "que la lumière soit faite sur cette affaire", a précisé une source judiciaire. La plainte ne vise pas d'infraction particulière. Le père du jeune homme doit être reçu jeudi après-midi par le procureur de Saint-Etienne au commissariat du Chambon-Feugerolles (Loire), théâtre du drame, survenu lundi. Il devait être accompagné par le consul d'Algérie pour la Loire et l'Auvergne.

La famille Benmouna a par ailleurs invité la population à "continuer à faire preuve de calme" et à participer à "un sit-in" au pied de son immeuble, à Firminy, jeudi à partir de 19 h 30. L'annonce du suicide du jeune homme a provoqué deux nuits d'échauffourées dans cette ville, des jeunes comme certains proches de la famille dénonçant une bavure policière. Au lendemain d'une première nuit de heurts entre les jeunes et la police, mardi, environ 200 CRS et gendarmes avaient été mobilisés mercredi soir, selon la préfecture de la Loire, qui a fait état après minuit de "cinq voitures et de quelques poubelles incendiées". L'annexe désaffectée du centre social, un bâtiment inoccupé de 400 m2 où vivait Mohamed Benmouna, a aussi été incendiée.
Neuf jeunes ont été interpellés à la suite des incidents dans la nuit de mardi à mercredi, qui n'ont pas fait de blessé mais causé d'importants dégâts matériels. Deux d'entre eux doivent être présentés au juge jeudi en vue d'une mise en examen.

http://www.lemonde.fr/societe/article...

http://www.bfmtv.fr/

Publié dans News

Commenter cet article